Actualité

Accueil > Club > Actualité

Ne pas se chercher d’excuses et mettre fin à la série négative

(19.10.2019)

Il est toujours difficile de définir si une trêve internationale intervient au bon ou au mauvais moment. Lorsqu’une équipe tourne bien, comme c’était le cas du FC Sion voici un mois, marquer une pause peut être bénéfique dans la mesure où elle permet d’avoir plus de temps pour renforcer les acquis et avoir tout en main pour poursuivre la bonne série le plus longtemps possible. Ou alors elle peut au contraire avoir un effet négatif en stoppant la bonne dynamique du moment. Lorsqu’une équipe tourne moins bien, comme c’était le cas du FC Sion ces dernières semaines, elle peut également avoir un côté positif en permettant d’avoir quinze jours pour rectifier ce qui ne fonctionne pas ou plus. Mais dans cette situation aussi, marquer une pause comporte un risque: celui de ressasser durant trop longtemps la dernière sortie.

Stéphane Henchoz nous l’a d’ailleurs dit à l’heure de préparer ce déplacement à Lucerne de dimanche: «Cette pause n’est pas intervenue au bon moment pour moi car elle nous a obligé à vivre deux semaines avec cette défaite et surtout cette mauvaise performance contre Lugano dans la tête. J’aurais préféré que l’on puisse tout de suite passer à autre chose mais bon, c’est la vie du football.» Un match face aux Tessinois que le technicien fribourgeois estime avoir perdu pour une simple raison: «Après notre performance à YB, on s’est dit que faire pareil contre Lugano suffirait, que ça passerait et qu’on prendrait les trois points. On en a donc pas assez fait et logiquement on a été punis.» L’ex-défenseur de Liverpool et de la Nati regrette forcément les sept buts encaissés lors des trois derniers matches qui ont fait mal au bilan comptable de son équipe. «On dit qu’une attaque fait gagner des matches et qu’une défense fait gagner des championnats. Je suis assez d’accord avec ça. Sur nos trois dernières sorties, on marque quatre buts ce qui, selon moi, doit nous permettre de prendre minimum cinq points. Or, on en encaisse sept et résultat c’est un zéro pointé

On l’aura donc compris, s’il aurait préféré pouvoir jouer la semaine dernière pour ne faire de cette contre-performance contre Lugano qu’un mauvais souvenir, Stéphane Henchoz a profité de ces quinze jours de trêve pour retravailler les bases défensives afin de ne pas réitérer les mêmes erreurs dimanche à Lucerne que lors des trois sorties qui ont précédé. En ce sens, l’absence de Xavier Kouassi, toujours éloigné des terrains, est forcément un coup dur. «Bien sûr que cette blessure est embêtante car tant le joueur qu’il est sur le terrain que le leader qu’il est dans le vestiaire nous manquent. Mais nous ne devons en aucun cas prendre ça comme une excuse. Nous avons un effectif suffisamment de qualité pour le remplacer.»

Outre le capitaine, deux autres éléments importants de ce début de saison feront l’impasse sur le déplacement à la Swissporarena: les milieux de terrain Bastien Toma et Christian Zock, tous deux avertis pour la 4ème fois contre Lugano. «En quatre jours, on a perdu trois milieux de terrain si on ajoute à ces suspensions le départ de Valon Behrami.», regrette le coach valaisan. «Là aussi, on aurait aimé pouvoir compter sur eux dimanche mais nous ne devons pas nous cacher derrière ça pour justifier une éventuelle mauvaise performance dimanche. J’attends de ceux qui seront sur le terrain qu’ils donnent tout, comme je l’exige depuis mon arrivée ici.»  

Fidèle à ses principes, Stéphane Henchoz mise donc sur le travail au quotidien pour renouer avec la victoire et mettre fin à cette série de trois défaites consécutives. S’il a accordé un week-end de libre aux joueurs restés en Valais la semaine dernière, il a demandé à ces derniers de mettre la même intensité dans les entraînements que lorsqu’un match important se profile à l’horizon. Une exigence à laquelle ont aussi dû répondre José Aguilar et Edgar André, deux des cadres des M21 depuis le début de saison, qui ont participé aux séances avec la première équipe ces derniers jours. Suspendu en raison de son expulsion le week-end dernier en Promotion League, le premier nommé ne sera pas à disposition ce week-end. Le second, en revanche, peut légitimement espérer monter dans le bus en direction de la Suisse centrale ce samedi en fin d’après-midi. «Il a de bonnes qualités et a montré de belles choses à l’entraînement donc tout est possible.»

Alors, pourra-t-on dire que, finalement, cette pause internationale est peut-être intervenue au bon moment? Le FC Sion renouera-t-il avec la victoire histoire d’aborder en confiance le très attendu derby du Rhône du week-end à venir?  Qui Stéphane Henchoz choisira-t-il d’aligner au milieu de terrain pour contrer les Lucernois? Autant de questions dont les réponses seront connues entre 16h00 et 18h00 dimanche à la Swissporarena.

Les M21 laissent filer les trois points à Breitenrain

(19.10.2019)

Même lorsque le FC Breitenrain semble en difficulté, aller gagner au Spitalacker est toujours compliqué. Les jeunes Sédunois l'ont constaté une fois de plus ce samedi en Promotion League, avec une équipe très largement remaniée par rapport à la semaine dernière et à la victoire face à Cham. Sébastien Bichard a un défi majeur, semaine après semaine: tenter de trouver une certaine continuité dans les performances en ayant un effectif parfois très peu ressemblant à celui de la semaine précédente. Evidemment, il peut s'agir d'une force, mais trouver la cohésion n'a rien de simple. Ce samedi, sur le terrain synthétique du FC Breitenrain, un seul joueur contingenté avec la première équipe est venu renforcer les M21: Enzo Barrenechea. L'Argentin de 18 ans n'a pas encore joué avec la "Une", d'ailleurs, mais il s'entraîne au quotidien avec Stéphane Henchoz et son staff. Régulièrement titulaire avec les M21, il l'était de nouveau ce samedi au coeur du 5-2-3 imaginé par Sébastien Bichard. Les M21 étaient ainsi très très jeunes ce week-end, avec notamment la titularisation de Yannick Cotter sur l'aile, un des plus sûrs talents du club (nés en 2002 et international suisse), mais encore largement en phase d'apprentissage.

Car oui, Sion M21 a joué à cinq derrière, avec Elvir Muminovic et Sandro Theler sur les côtés. Le Haut-Valaisan n'était d'ailleurs pas seul puisque le gardien Shaban Kuquku et l'ailier Mauro Rodrigues, tous deux également titulaires ce samedi, proviennent eux aussi de la partie alémanique du canton. Une nouvelle preuve, une de plus, que le Valais ne se résume pas à sa partie francophone pour le FC Sion. A noter que Francesco Sergi portait lui le brassard pour la deuxième fois consécutive après avoir mené ses troupes à la victoire face à Cham la semaine dernière (2-0). Le défenseur central en a d'ailleurs profité pour inscrire le 0-1 ce samedi, à la réception d'un corner de Berkan Kutlu.

Les M21 étaient ainsi bien partis dans cette rencontre, mais Breitenrain a réussi à renverser la situation pour s'imposer 2-1. Dommage, car après avoir réussi une très bonne première mi-temps, les jeunes Sédunois se sont fait piéger sur deux balles arrêtées. Le tout en ayant eu la maîtrise du jeu durant la majeure partie de la recontre. Défaite frustrante donc pour les M21, qui conservent toutefois pour l'instant leur quatrième place, mais voient le podium s'éloigner. Une défaite "typique M21", à l'expérience, face à une équipe prête à exploiter la moindre faille pour l'emporter. L'apprentissage, encore et toujours.

FC Breitenrain - FC Sion M21 2-1 (0-1)

Buts 22e Sergi 0-1, 55e Danugubic 1-1, 64e Sdiri 2-1

Sion Kuquku; Muminovic, Kabashi, Saintini, Sergi (60e Gomes), Theler; Kutlu, Barrenechea; Cotter (72e De Oliveira), Philippe (72e Da Costa), Mauro Rodrigues.

Entraîneur: Sébastien Bichard

weeConomy nouveau partenaire du FC Sion

(18.10.2019)

Le FC Sion et l'entreprise weeConomy SA ont officialisé jeudi un contrat de partenariat permettant au Stade de Tourbillon de devenir la première enceinte de football au monde à être équipée de la solution ouverte et innovante de paiement mobile et de cashback développé par la société basée à Kreuzlingen (TG). Cette première mondiale sera portée dans la région par le slogan fédérateur: «Nous aimons le FC Sion, nous aimons le Valais, weeLoveRomandie!»

Actif dans le domaine du paiement mobile international, Cengiz Ehliz, fondateur de wee, se réjouit de cette nouvelle, et plus particulièrement du choix du club valaisan pour le développement du marché en Suisse romande: «Nous discutons actuellement avec les meilleurs clubs de football dans différents pays», déclare l’entrepreneur bavarois d’origine turque. «Je suis particulièrement heureux de cette collaboration et du fait que le FC Sion soit notre premier partenaire en Suisse. Il compte deux titres de champion helvétique et 13 coupes de Suisse à son actif. Le club sédunois est animé par des supporters passionnés et cela correspond parfaitement à notre produit et à notre marque.» 

Selon les prévisions, 4000 commerces régionaux seront équipés de la solution technologique wee. Cette dernière intègre le moteur de recherche weeApp leur offrant une visibilité accrue auprès de 400'000 clients potentiels en Suisse romande. De cette manière, wee contribue activement au renforcement du commerce régional qui subit de grands manques à gagner face au e-commerce. A la suite de leurs achats, les clients peuvent obtenir des réductions allant jusqu’à 10% à l’aide de la weeCard ou de la weeApp. Ces différentes remises ne peuvent être créditées que lors d’un achat effectué auprès d’un commerce local affilié. À noter que le crédit peut également être transféré sur le compte bancaire personnel de l’utilisateur, ce qui distingue wee de ses concurrents. 

wee offre également l’accès à plus de 1400 boutiques en ligne via son site web wee.com. L’avantage commercial généré par ce biais ne peut être utilisé que dans les commerces régionaux qui bénéficieront ainsi d’un temps d’avance sur le e-commerce. Un wee équivaut à un euro et celui-ci est converti en francs suisses en temps réel via le back-office de wee. Grâce à sa stratégie de paiement mobile et de cashback, weeConomy met en réseau le commerce régional et le e-commerce conformément aux exigences réglementaires. Cette intégration du stade de Tourbillon et de l'importante communauté de supporters et amis du FC Sion permettra de toucher directement un potentiel d’au moins 100’000 fans. Ces derniers pourront ainsi profiter de tous les avantages de la weeCard et redonner des forces vives au commerce local. L’intention est de faire du sport gagnant-gagnant en transformant les clients en fans et les fans en clients. 

Christian Constantin, se réjouit de ce nouvel élan d'innovation pour la région: «Plusieurs stades et patinoires ont déjà opté pour un système fermé de paiement sans espèces. La solution complète et surtout ouverte vers l’extérieur de wee m’a convaincu de rejoindre le mouvement! Cela fait partie de notre mission qui consiste à tout faire pour que notre pays soit prêt à relever les défis futurs de la digitalisation.» 

Dès le début de la saison, des abonnements pour les matchs à domicile ont été émis sous forme de weeCards. Ces cartes pourront être utilisées comme moyen de paiement dans l’enceinte du stade et auprès des commerces régionaux affiliés. Que signifie concrètement cette collaboration pour les deux partenaires ?   

  • Les investissements de weeConomy pour la digitalisation du stade de Sion et du nouvel espace d’hospitalité du club, qui donne la possibilité de payer sans espèces avec une fonction cashback, représentent un montant important et ambitieux. Le principal objectif visé est de convertir les buvettes, les billeteries, les fan shop et autres points de vente à cette technologie de pointe. Le fournisseur de l’équipement digital et partenaire technologique de wee est la société Simply-X, leader du marché allemand. Elle compte, entre autres, parmi ses références le Stade Olympique de Berlin, l'Eintracht Francfort ou le FC Augsbourg. En Suisse, les SCL Tigers (Langnau), l'EV Zoug, la Tissot Arena (Bienne), le Gurtenfestival, l’Openair de Frauenfeld ou le Zermatt Unplugged font déjà partie de ses clients. 
  • Dans le cadre de ce partenariat, weeConomy obtient de la part du FC Sion des supports et solutions de communication aussi conventionnelles que novatrices. Outre sa présence sur les bandeaux publicitaires et sur l'écran géant du stade, weeConomy apposera également son nom sur le nouvel espace d’hospitalité du FC Sion: le «weeRendez-vous». En sus de la capacité d'accueillir près de 5000 supporters sur 2 niveaux lors des matchs, cet espace dernier cri a également été créé afin d’accueillir, en places assises, plus de 800 personnes lors d’événements de tout type en dehors des jours de match. 
  • Grâce à son capital sympathie, le FC Sion fera rayonner la marque wee au travers de ses médias sociaux. Elle sera également véhiculée par différentes actions de communication ou via la co-production de son gala annuel. Pour rappel, la dernière édition de l’événement traditionnel du FC Sion avait réuni plus de 7000 invités. D'autres actions importantes sont prévues à l’avenir. 

 

Avec cette digitalisation synchronisant le paiement mobile et la fonction cashback dans l’ensemble du stade, le FC Sion et weeConomy AG s'attendent à une augmentation de leurs chiffres d’affaires respectifs. L’expérience mise en pratique à la weeArena de Bad Tölz en Allemagne a démontré que le paiement mobile avec la weeCard – sans utilisation fastidieuse d'argent liquide – augmente drastiquement le volume de transactions. Ainsi, le FC Sion peut s'attendre à une augmentation de près de 20% des consommations globales dans l’enceinte de son stade. 

Les abonnés au Stade de Tourbillon et les supporters possédant une carte wee peuvent d'ores et déjà s'affilier en cliquant sur le lien suivant: https://my.wee.com/i/c/8b9ef70f-dbe9-371b-99ec-e757988bb765

Birama Ndoye: «Nous devons réagir»

(18.10.2019)

Douze rencontres disputées par le FC Sion depuis le début de saison et dix titularisations pour Birama Ndoye. A 25 ans, le Sénégalais s’impose plus que jamais comme un élément incontournable de son équipe depuis le coup d’envoi de l’exercice. Milieu défensif de formation, il est désormais totalement épanoui dans un rôle plus en retrait de défenseur central où il impose sa taille et sa puissance aux attaquants adverses qui croisent son chemin. Nous l’avons rencontré à deux jours du déplacement à Lucerne lors duquel il sera orphelin de plusieurs de ses habituels repères sur le terrain.

Birama Ndoye, tout d’abord on a envie de vous demander comment s’est passée cette pause internationale lors de laquelle vous avez officiellement déménagé à Riddes?

Très bien, on a pris nos quartiers à Riddes et on a profité de ces deux semaines pour bien travailler. On a notamment disputé deux oppositions internes face aux M21 donc on ne peut pas dire qu’on a chômé car il n’y avait pas de match au programme le week-end dernier. On est maintenant prêts pour la reprise des choses sérieuses dimanche.

Dimanche et ce match à Lucerne lors duquel il faudra renouer avec la victoire…

Oui, c’est vrai qu’on est dans une situation un peu compliquée puisque l’on reste sur trois matches et zéro point de pris. On a encaissé sept buts ce qui est bien sur beaucoup trop mais voilà, maintenant nous devons réagir et aller chercher ces trois points à Lucerne.

Un adversaire qui vous a plutôt bien convenu ces dernières années…

Oui on peut dire ça mais vous savez dans le foot, regarder le passé ne sert à rien. Tout ce qu’on à faire, c’est respecter les consignes du coach, être bien en place sur le terrain et ne pas concéder de buts faciles.

Personnellement, vous avez pris vos habitudes sur le terrain avec Xavier Kouassi à vos côtés ainsi que Bastien Toma et Christian Zock devant vous. Trois joueurs qui seront absents dimanche à Lucerne. Il va donc falloir trouver des automatismes avec d’autres joueurs…

Oui, c’est vrai mais il faut savoir s’adapter à toutes les situations. J’avais une bonne entente sur le terrain avec Kouassi et Zock notamment mais voilà on a d’autres très bons joueurs qui peuvent parfaitement les remplacer. Je le répète, l’important, c’est de s’adapter à la situation.

On regarde peut-être un peu trop loin mais prendre les trois points dimanche permettrait aussi de bien aborder la semaine prochaine et ce derby très attendu contre Servette…

Oui c’est sûr! On doit gagner à Lucerne pour être en confiance pour ce match contre Servette qui, on le sait, tient particulièrement à cœur à nos supporters.

Des supporters qui, on l’espère, seront déjà nombreux dimanche à Lucerne…

Effectivement, comme je le dis toujours il faut qu’ils soient là dimanche, on a besoin de les sentir derrière nous et de pouvoir compter sur leur soutien pour aller chercher les trois points.

Olivier Samé Epee, de Douala à Saint-Maurice

(17.10.2019)

De Douala à Saint-Maurice en passant par le Laos, c’est le destin improbable qu’a offert le football à Olivier Samé Epee. L’actuel attaquant de la formation agaunoise a vécu de nombreuses années grâce à sa passion, le ballon rond. Domicilié à Monthey depuis janvier, le Camerounais nous a gentiment accordé une heure de son temps avant l’entraînement de son équipe et c’est tout en humilité que le Chablaisien d’adoption nous a raconté son parcours. Portrait.

 

«J’ai commencé le football assez tard au Cameroun. En Afrique, il y a peu de centre de formation et ceux qui ont un label de qualité ne sont pas accessibles à tous. De plus, le championnat local n’est pas du tout médiatisé. Regarde sur internet, tu ne trouveras quasiment rien sur moi et pourtant j’ai joué plusieurs années entre la D2 et la D1. Si je voulais vivre de ma passion, je savais que je devais m’exiler. » Olivier Samé prend donc la direction de l’Asie et de la Thaïlande plus précisément grâce à quelques contacts: «En Asie, c’est différent. Les clubs ont investi et tu vois des terrains de football partout, il y a un gros potentiel. Malheureusement cela n’a pas joué pour moi en Thaïlande alors je me suis retrouvé dans le pays voisin, au Laos. Le championnat local est bien évidemment moins compétitif mais j’y ai joué plusieurs saisons, ma situation était stable.» Au-delà de l’aspect sportif, le voyage du Cameroun au sud-est asiatique a forcément été un choc culturel pour un homme qui n’avait jamais quitté son Afrique natale: «Au Laos, quand tu es noir et footballeur, tu dois faire preuve de caractère. Le racisme existe, tu dois faire face au préjugé et te battre pour obtenir le respect de tes dirigeants et de tes coéquipiers. Toutefois, grâce au football, j’ai pu faire ma place dans la société locale. Le football m’a toujours aidé, ici comme là-bas.» Un championnat que le joueur du FC Saint-Maurice estime être l’équivalent helvétique de la première ligue voir plutôt de la deuxième ligue régionale pour le fond du classement. Après plusieurs années au pays du million d’éléphants, Olivier se blesse et tente sa chance dans dans la région comme au Myanmar mais sans succès. Retour au Cameroun avec un crochet par le Gabon. Toutefois avant cela, la vie lui réserve une nouvelle et belle surprise en lui mettant sur sa route une Valaisanne en vacances dans cette belle région du globe. Quelques années plus tard, il rejoint celle qui deviendra sa femme en Suisse et découvre un nouveau chapitre de sa vie, forcément lié au football.

 

«Monthey est une ville très cosmopolite, cela m’a aidé dans mon intégration. Ma belle famille m’a également réservé un accueil très chaleureux et j’ai vite commencé à comprendre les valeurs de la région dans laquelle je venais d’arriver.» Débarqué en plein cœur du Chablais au début de l’année 2019, « Oliv’ » comme le surnomme ses coéquipiers se met rapidement en quête d’une équipe de football et signe finalement au FC Saint-Maurice où il trouve littéralement une deuxième famille: «C’est plus qu’un club ici, c’est une famille. Je me souviendrai toujours le jour de la naissance de mon fils, Madame Saillen, une grande supportrice du club est venue m’offrir un cadeau. C’est ce genre de geste qui me fait aimer ce sport et les relations humaines qu’il engendre.»  À Saint-Maurice, l’attaquant de formation remporte son premier titre en terminant premier du championnat régional de deuxième ligue et surtout s’intègre encore plus à son nouvel environnement, à nouveau grâce au football: «Comme à Monthey, notre équipe est très cosmopolite, les joueurs viennent de différents horizons et cela se ressent dans le vestiaire où chacun apporte ses qualités humaines.» Avant le FC local, c’est du côté de Tourbillon qu’Olivier découvre le football suisse en assistant à un match du FC Sion: «Il y avait une ambiance de feu, des deux côtés des supporters. Forcément j’avais observé attentivement les performances de mes compatriotes Christian Zock et Alex Song mais c’est finalement un Sénégalais qui m’a impressionné, Birama Ndoye, un joueur très solide.» Notre club, ce n’est pourtant pas ce jour là qu’il le découvre: «Le FC Sion, c’est le club suisse que je connais le plus et la raison est assez simple. À l’époque, l’ancien président du club Gilbert Kadji possédait une académie au Cameroun et on savait que le FC Sion était le premier tremplin vers l’Europe. D’ailleurs plusieurs joueurs sont venus jouer ici en Valais.» Le tout jeune Olivier Samé découvre donc le FC Sion et le Valais au travers des exploits de ses compatriotes sous la tunique sédunoise. Plusieurs années plus tard et après une vie rythmée au travers de ses voyages footballistiques, le Camerounais s’installe dans notre région qu’il commence gentiment à découvrir comme en témoigne cette sympathique anecdote: «La première règle que j’ai apprise ici, c’est qu’il ne faut jamais demander du vin rouge avec la raclette mais du blanc, c’est sacré !» Outre les traditions gastronomiques de notre canton, ce sont les valeurs que dégagent le Valais et les Valaisans qui frappent celui qui se plait à se définir comme un Valaisan d’adoption: «Les Valaisans sont un peuple fier et travailleur. Je pense d’ailleurs que la ferveur qui règne autour du FC Sion est étroitement liée à ces deux sentiments. »

 

Âgé maintenant de 27 ans, « Oliv » sait que sa carrière professionnelle se trouve derrière lui. Désireux de poursuivre dans ce milieu, il a commencé et terminé une formation d’agent de joueur qui lui a permis d’ouvrir sa propre agence récemment, OS World : «Je souhaite rendre à ce sport tout ce qu’il m’a apporté, permettre à d’autres jeunes d’avoir la chance de vivre ce que j’ai vécu.» Pour réussir, le nouvel agent se donne du temps, cinq ans, pour percer dans un milieu réputé difficile. Possédant un équilibre de vie sain et serein entre travail, famille et football, il peut se permettre de se projeter sur le long terme même si des projets sont déjà en cours: «Je souhaite organiser une tournée en Thaïlande au début de l’année. Il y a beaucoup de très bons joueurs ici en Suisse qui pourraient bien vivre du football en Asie. Mon projet est de les aider.»

 

Avant peut-être de devenir un futur grand agent du football, Olivier Samé se concentre sur son nouveau rôle de papa à la maison et sur ses objectifs avec « son » FC Saint-Maurice qui vit un début de saison difficile: «Dans le football, il y a deux belles sensations : remporter un titre et se sauver après une saison difficile. En deux ans ici à Saint-Maurice j’ai l’opportunité de vivre les deux, et on va tout faire pour.» 

 

Bonne saison Olivier et à bientôt à Tourbillon, on l’espère ! 

 

Plusieurs victoires pour les internationaux

(17.10.2019)

Après environ 10 jours de trêve internationale, tous les éléments retenus avec leur sélection respective ont désormais fait leur retour en Valais et sont maintenant pleinement concentrés sur le FC Sion. Entre matches amicaux et éliminatoires pour l'EURO, ils ont tous vécu des fortunes diverses, plusieurs d'entre eux pouvant toutefois connaître les joies de la victoire. Petit récapitulatif des résultats de nos internationaux. 

Les deux premiers à être en action étaient les jeunes Yannick Cotter qui appartient au cadre M18 du FC Sion et Elvir Muminovic, défenseur des M21 sédunois. Le mardi 8 octobre, le premier est entré à la 77ème minute du nul 2-2 concédé par les M18 helvétiques face au Danemark tandis que le second, titularisé et aligné durant 65 minutes par la Bosnie M19, a participé à la victoire des siens face à la Slovaquie. Deux jours plus tard, Yannick Cotter était cette fois-ci titularisé, toujours face aux Danois, pour un nouveau nul 1-1 lors duquel le Valaisan a évolué durant 74 minutes. Elvir Muminovic était quant à lui sur le banc au coup d'envoi du second match amical entre la Slovaquie et la Bosnie M19. Entré en jeu à la 78ème, il n'a pas pu éviter la défaite à son équipe, battue 2-1. 

Privé de Coupe d'Afrique des Nations en juin dernier en raison de son opération au coeur, Ayoub Abdellaoui a quant à lui effectué son grand retour avec les Fennecs algériens, tout auréolés de leur titre de Champion d'Afrique. Le 10 octobre dernier, il a évolué durant 83 minutes lors du nul 1-1 concédé par les hommes de Djamel Belmadi face à la République Démocratique du Congo avant d'entrer en jeu dans les arrêts de jeu de la rencontre remportée 3-0 par les Algériens contre la Colombie à Lille cinq jours plus tard. Ermir Lenjani était lui aussi titulaire lors de la première rencontre de cette trêve disputée par l'Albanie. Le 11 octobre à Istanbul, le numéro 33 sédunois a évolué durant 57 minutes d'un match finalement perdu sur la plus petite des marges par sa formation. Trois jours plus tard du côté de Chisinau, c'est du banc qu'il a assisté à la victoire des siens sur la Moldavie (4-0). Moins de réussite pour Roberts Uldrikis qui a du se contenter de suivre depuis le banc les deux rencontres perdues par la Lettonie face à la Pologne à Riga (0-3) et Israël à Berzew (3-1). 

Enfin nos deux internationaux suisses des M21 Bastien Toma et Jan Bamert ont, comme déjà écrit, poursuivi leur sans-faute dans la course à l'Euro 2021. Le 11 octobre à Winterthour, le premier nommé a participé activement au succès 2-1 de la Nati face à la Géorgie en distillant l'assist sur le but décisif du Bernois Lotomba tandis que le second était sur le banc alors que quatre jours plus tard en Azerbaïdjan, tous deux étaient titularisés par Mauro Lustrinelli qui a même décidé de nommer Bastien Toma capitaine lors de cette partie remportée difficilement sur le score de 1-0. 

 Date   Match  Compétition  Joueur(s)
 08.10.19  Suisse M18 2-2 Danemark M18  Amical  Yannick Cotter
 08.10.19  Slovaquie M19 1-2 Bosnie M19  Amical  Elvir Muminovic
 10.10.19  Algérie 1-1 RD Congo   Amical  Ayoub Abdellaoui
 10.10.19  Lettonie 0-3 Pologne  Qualif. EURO  Roberts Uldrikis
 10.10.19  Suisse M18 1-1 Danemark M18  Amical  Yannick Cotter
 11.10.19  Slovaquie M19 2-1 Bosnie M19  Amical  Elvir Muminovic
 11.10.19  Turquie 1-0 Albanie  Qualif. EURO  Ermir Lenjani
 11.10.19  Suisse M21 2-1 Géorgie M21   Qualif. EURO M21  Toma, Bamert
 14.10.19  Moldavie 0-4 Albanie  Qualif. EURO  Ermir Lenjani
 15.10.19  Azerbaïdjan M21 0-1 Suisse M21  Qualif. EURO M21  Toma, Bamert
 15.10.19  Israël 3-1 Lettonie  Qualif. EURO  Roberts Uldrikis
 15.10.19   Algérie 3-0 Colombie  Amical  Ayoub Abdellaoui

 

Bastien Toma: «Mon speech dans le vestiaire était plutôt pas mal»

(17.10.2019)

Il en avait hérité vendredi dernier en fin de rencontre face à la Géorgie lorsque le Zurichois Kevin Rüegg avait cédé sa place au Lausannois Ndoye. Mardi c’est dès le coup d’envoi que Bastien Toma a porté le brassard de capitaine de l’équipe de Suisse des M21. En Azerbaïdjan, un pays qui lui était relativement inconnu avant la rencontre («ça m’a un peu fait penser à Dubaï même si c’est moins démesuré»), le Vétrozain a eu une nouvelle preuve de la confiance qui lui est témoignée par le sélectionneur Mauro Lustrinelli.

Mais être capitaine ne se résume pas uniquement à porter un brassard et à entrer en premier sur la pelouse. C’est aussi prendre ses responsabilités, sur le terrain mais également dans le vestiaire. «C’est vrai qu’avant le match, j’ai fait un petit discours dans le vestiaire pour motiver mes coéquipiers. C’est quelque chose dont je n’ai pas forcément l’habitude mais je crois que mon speech était plutôt pas mal», sourit le milieu de terrain valaisan.  Qui reconnaît que ce statut lui a procuré des émotions particulières mardi soir: «Entendre l’hymne national avant un match, c’est déjà quelque chose de spécial en temps normal. Mais en tant que capitaine, ça l’est encore plus: on sait qu’on ne peut pas se louper après ça.»

Averti une quatrième fois en Super League face à Lugano avant la trêve, le numéro 24 devra faire l’impasse sur le déplacement à Lucerne dimanche. S’il préférerait bien entendu être sur la pelouse pour aider ses coéquipiers, il ne se fait pas de soucis pour autant quant au manque éventuel qui risque de se faire sentir en raison de son absence combinée à celle de Christian Zock, également suspendu. «On est plusieurs à pouvoir jouer au milieu de terrain et je suis certain que ceux qui seront appelés à nous remplacer le feront parfaitement. Vous savez, il y a une réelle concurrence entre nous qui nous est bénéfique car elle nous pousse à donner le maximum au quotidien et à être exigeants avec nous-mêmes à l’entraînement.»

Une concurrence peut-être à l’origine des excellentes performances de Bastien Toma depuis le coup d’envoi de l’exercice. «C’est vrai que mon 2ème tour de la saison dernière n’était pas terrible, je n’étais pas content de moi mais je crois avoir appris de mes erreurs. Je sais maintenant ce que j’ai à faire sur le terrain et en dehors pour aider au maximum l’équipe. Je suis donc plutôt content de mes dernières performances mais je sais aussi que je ne dois pas m’arrêter de travailler pour autant.» 

Incontournable avec le FC Sion, capitaine avec l’équipe de Suisse M21, Bastien Toma semble avoir tout pour viser encore plus haut et ne surtout pas s’arrêter en si bon chemin. Alors, à quant une première convocation avec le cadre A de la Nati? «Ah c’est clair que l’équipe A c’est mon objectif. Représenter son pays lors des plus grandes compétitions est un rêve pour moi comme pour tout footballeur je crois. Mais je ne mets pas trop de pression par rapport à ça, je sais que je dois avant tout continuer à faire de bonnes performances avec le FC Sion et la Suisse M21.»

Binational helvético-kosovar, le choix qu’il pourrait rapidement être amené à effectuer concernant son avenir international a beaucoup fait parler les médias des deux pays depuis son éclosion au plus haut niveau: « Honnêtement, au début je lisais tout ce qui s’écrivait sur moi mais maintenant je m’y intéresse beaucoup moins, je laisse parler les gens. Ce choix sera le mien, point final.» Et si celui-ci était de porter le maillot rouge à croix blanche, n’aurait-il pas plus de chance, comme beaucoup le pensent, d’être appelé en évoluant à l’étranger plutôt qu’en Valais? «Je ne suis pas de cet avis. Personnellement je suis sûr que si je fais de bonnes performances en club, le sélectionneur s’intéressera à moi.  Et ce, que je joue aussi bien à l’étranger qu’au FC Sion!»

Un festival de buts et une qualification pour le FC Sion féminin

(16.10.2019)

"Nous manquons encore de tranchant devant le but et c'est en partie ce qui nous a coûté des points depuis le début de saison." Interrogé la semaine dernière, quelques jours avant le match au sommet de 1ère ligue face à Küssnacht, l'entraîneur du FC Sion féminin David Vernaz ne cachait pas en attendre davantage offensivement de la part de ses joueuses. L'ancien attaquant aura donc certainement apprécié la performance de son équipe mercredi soir au terrain de Pont-Chalais à Noës.

Certes, l'opposition dans ce quart de finale de Coupe Valaisanne était moins redoutable que celles que rencontrent les Sédunoises week-end après week-end en championnat. Il n'empêche, tout le monde se plait à répéter que la vérité du papier n'est, en Coupe plus que dans n'importe quelle autre compétition, pas celle du terrain. Que ces matches sont l'occasion pour le "petit" tendre un piège au "gros" qui tombe parfois les deux pieds dedans. Nul doute d'ailleurs que c'est justement ce dont rêvaient les Anniviardes peu avant 20h30 et le coup d'envoi de ce duel. Faire tomber le FC Sion qui milite trois ligues plus haut qu'elles, voilà qui aurait eu "de la gueule". 

Oui mais voilà, même toujours privées de leur principal atout offensif Charlotte Brun qui purgeait son dernier match de suspension, les Sédunoises ont répondu aux attentes de leur entraîneur devant le but et elles n'ont pas tremblé pour faire respecter la hiérarchie. Elles ont marqué dix buts, n'en ont encaissé qu'un et ont montré à leurs adversaires tout ce qui les séparent d'une formation de tête en 1ère ligue. Désormais qualifiées pour les demi-finales, les filles de David Vernaz peuvent donc toujours rêver de remporter une compétition qui s'était refusée à elle l'an dernier lorsque le FC Brigue les avait battues à la surprise générale en finale. Prochaine étape sur la route d'un sacre en Coupe Valaisanne: le FC Bagnes, pensionnaire de 3ème ligue, qui se dressera sur la route des Sédunoises le mercredi 8 avril prochain. D'ici là, Diana Ferreira Pinheiro et ses coéquipières pourront pleinement se concentrer sur le championnat. A commencer par le déplacement qui les attend samedi en terres fribourgeoises face à Courgevaux. Un match que le FC Sion féminin débutera avec toute la confiance engrangée lors du festival offensif réussi mercredi à Noës. 

Pause forcée pour Jared Khasa

(15.10.2019)

Coup dur pour le FC Sion durant la trêve internationale! Jared Khasa s'est en effet blessé lors d'un entraînement et se déplace désormais en béquilles, plâtré à la cheville gauche. Le Parisien est victime d'une entorse de la cheville, qui a nécessité la pose d'un plâtre. Un point de la situation sera effectué par le staff médical dans environ quatre semaines. Dans l'intervalle, il est exclu de voir le joueur de couloir reposer le pied sur un terrain.
 
Patrick Luan et Raphaël Rossi Branco ont eux retrouvé le chemin du terrain et poursuivent normalement leur processus de réathlétisation.

Une série à poursuivre pour en clore une autre

(15.10.2019)

Une cinquième victoire consécutive et une place de leader provisoire de Super League, le tout au terme d’un derby romand remporté face à Neuchâtel Xamax à la Maladière. Au soir du 21 septembre, tout semblait sourire au FC Sion qui n’en finissait plus de gagner et tenait alors la dragée haute aux deux poids lourds du championnat que sont Bâle et YB. Stéphane Henchoz tempérait toutefois alors l’euphorie en insistant sur le fait que la saison était encore longue et que les comptes se feraient après trente-six journées.

Trois semaines et trois défaites plus tard, les Valaisans pointent désormais au quatrième rang à un point du FC Saint-Gall, actuel troisième. Si la tendance semble s’être quelque peu inversée, les petits détails ayant fait la différence en faveur des «rouge et blanc» durant deux mois étant plutôt à l’avantage de leurs adversaires lors des trois dernières rencontres, tout est loin d’être à jeter et parler de crise à l’heure actuelle serait totalement disproportionné. Certes, les dernières performances ont été décevantes, à l’exception du déplacement sur la pelouse du champion bernois, mais les Valaisans, on l’a dit, ne comptent qu’une petite unité de retard sur le podium et ils possèdent une marge de huit points sur le fauteuil de barragiste occupé par Neuchâtel Xamax. Bien entendu, ces trois revers consécutifs sont regrettables, ils ont péjoré un début d’exercice qui paraissait jusqu’alors, exception faite du premier match face à Bâle, totalement réussi et ont contraint le FC Sion à voir les deux cadors prendre une certaine distance au classement. Mais ils ont aussi contribué à rendre les Valaisans attentifs au fait qu’une série aussi belle et positive soit-elle n’offre en aucun cas l’immunité à une équipe mais qu’il faut bien continuer à travailler de la même manière au quotidien, en limitant au maximum les quelconques relâchements pour se donner toutes les garanties de succès le week-end.

Au sortir de ces dix jours compliqués d’un point de vue comptable, Stéphane Henchoz et ses hommes ont disposé de deux semaines pour corriger ce qui n’a pas fonctionné face à Saint-Gall, YB et Lugano et faire en sorte que les détails soient à nouveau de leur côté à l’avenir. Si plusieurs éléments ont été retenus en sélection nationale, les joueurs restés en Valais n’ont pas ménagé leurs efforts, certains allant même renforcer les M21 pour gagner du temps de jeu et retrouver des sensations le week-end dernier. C’est donc un groupe compétitif qui est maintenant à disposition du technicien fribourgeois en vue de la rencontre de dimanche à Lucerne. Un match où le FC Sion briguera un sixième succès en championnat cette saison. Histoire de mettre fin à la série de défaites consécutives tout en en poursuivant une autre, bien plus positive: celle qui dit que le club sédunois reste sur sept duels sans revers face aux Lucernois et même sur trois succès de rang en Suisse centrale. Alors, laquelle de ces séries se poursuivra et laquelle s’arrêtera? Réponse dimanche sur le coup des 18h00 à la Swissporarena!

Heineken TMR Octodure Voyage Chicco Doro Lehner Versand
Swisscom Raiffeisen Groupe E Taittinger

Réalisation

Axianet